Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

Ajaccio : "Stop aux violences conjugales, agir c’est le dire"

(Photos Marilyne Santi)
(Photos Marilyne Santi)

Dans le cadre de la journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, Patrick Strozda,  préfet de Corse, a rencontré les responsables de la Fraternité du Partage et du Centre d’Hébergement et de Réinsertion Sociale de la FALEP d'Ajaccio. Les deux structures sont, de plus en plus amenées, à prendre en charge des femmes victimes de violences conjugales physiques ou psychologiques, avec ou sans enfants.

Cette journée permet de rappeler que des femmes dans le monde entier sont victimes de violences journalièrement. En France une femme meurt tous les deux jours et demi sous les coups de son conjoint.
Le plan interministériel actif depuis 2005 a permis par des plans triennaux d’améliorer la connaissance du phénomène, d’accompagner les femmes victimes et leurs enfants dans des démarches d’accès au logement et d’autonomie financière, de former des professionnels concernés, de renforcer le dispositif juridique (injonctions de soins, éviction du domicile du conjoint violent, renforcement de la prévention…)
Ce dernier plan, intitulé Protection, prévention, solidarité  prend on compte les violences  intrafamiliales, les mariages forcés, la polygamie et les mutilations sexuelles. Il d’énonce aussi les violences sexistes et sexuelles au travail, les viols, les agressions sexuelles et le recours à la prostitution.
 
La situation en Corse-du-sud
Les chiffres sont en constante progression.
Le CHRS (Centre d’Hébergement et de Réinsertion Sociale) Spérenza, créé au sein de la fraternité du partage, accueille des femmes et notamment celles victimes de violences et accompagnées d’enfants. Sur l’année 2010, 8 femmes dont 3 mamans y ont été hébergées. 50% d’entre elle ont déposées plaintes et 25% on eu besoin de soins médicaux.
Le CHRS de la FALEP offre lui aussi une prise en charge adaptée aux victimes de violences conjugales et familiales. Sur l’année 2010, 37 femmes et 36 enfants ont été hébergé à Ajaccio et 8 adultes accompagnés de 8 enfants à Porto-Vecchio.
Edifiant, entre juillet et septembre 2011, 15 demandes d’hébergements étaient directement liées à des causes de violences familiales ou conjugales
Ces victimes trouvent dans ces structures une écoute, un hébergement d’urgence 24h/24, un accompagnement et un soutien dans les démarches de justice, un appui à la parentalité et à l’aide éducative. La FALEP a, cette année, mis en place un atelier parentalité qui aide les mamans à reprendre l‘autorité parentale, et les enfants a travailler, par des contes, autour d’un enrichissement du vocabulaire pour permettre l’expression de leurs émotions.
Ces victimes ne quitteront ces structures que lorsqu’elles seront indépendante financièrement et qu’elles auront retrouvé un logement.
  Une plaquette d’information Stop aux violences conjugales, agir c’est le dire, a été éditée pour cette journée, et recense la législation en ce domaine, et les numéros des professionnels en Corse auxquels s’adresser en cas de difficultés.
Rappelons que trois numéros doivent être diffusés largement et connus de tous :
SOS Viols Information : 0800.05.95.95
Numéro vert Régional 0 800 400 235
Numéro vert National 3919 qui est gratuit depuis un fixe et n’apparait pas sur les relevés.
                                                                                                                Marilyne SANTI

Écrire commentaire

Commentaires: 0