Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

Fusillade d'Ajaccio : deux hommes mis en examen à Marseille

Deux frères âgées d'une vingtaine d'années ont été mis en examen dimanche à Marseille après la tentative d'assassinat, mardi à Ajaccio, de Yves Manunta au cours de laquelle son épouse et sa fillette ont été blessées par balles. Les deux jeunes ajacciens transférés dans le courant à Marseille ont été présentés  à un juge d'instruction de la juridiction interrégionale spécialisée de Marseille qui les a mis en examen pour "tentative d'assassinat en bande organisée".

Ecroués dans la soirée aux Baumettes ils comparaîtront jeudi devant le juge des libertés et de la détention qui doit statuer sur leur sort.
Selon Me Antoine Sollacaro "aucun élément objectif ou matériel n'est susceptible de corroborer la culpabilité de ces personnes. Au contraire, certains éléments, comme leur emploi du temps, la contredisent".

On sait que quatre personnes ont été placées initialement en garde à vue dans ce dossier, mais deux ont été libérées sans charge vendredi.

Les faits remontent à mardi. Au terme d'une journée sanglante, marquée par deux homicides sur la route de Casalta et à Propriano, Yves Manunta, sa femme et sa fille de 10 ans ont été la cible d'une fusillade alors qu'ils se trouvaient dans leur voiture près de leur domicile du centre-ville d'Ajaccio.

Yves Manunta s'est blessé aux chevilles en tentant de se mettre à l'abri tandis que son épouse et sa fille ont été blessées par balles, une à une hanche et à l'épaule l'autre à un bras, sans que leur vie ne soit en danger.

L'enquête initialement confiée a la Direction régionale de la police judiciaire d'Ajaccio mais le parquet de la ville a transmis jeudi le dossier à la Jirs (Juridiction interrégionale spécialisée) de Marseille.
Yves Manunta, qui a la faveur de plusieurs interviewes a laissé entendre que cette tentative d'assassinat était liée à l'affaire de la SMS, avait été relaxé en juin dernier devant le tribunal correctionnel de Marseille dans une affaire d'abus de biens sociaux au sein de cette socièté, dont il fut un dirigeant jusqu'en 2007, et d'attributions frauduleuses de marchés publics en Corse et dans le Var.

Écrire commentaire

Commentaires: 0