Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

Yves Manunta : "On m'a condamné à mort"

Au lendemain  de la fusillade qui, en plein cœur d'Ajaccio, aurait pu tourner  à un véritable drame, Yves Manunta, l'homme visé par cette action, a décidé de sortir de son silence. Dans une interview accordée à nos confrères de RCFM il a raconté avec force détails comment il avait pu échapper au pire, mais surtout désigné ceux qui sont pour lui les commanditaires de cette tentative d'assassinat.

La voix ne tremble pas. L'homme fait face à la situation qui lui est faite avec beaucoup de sang-froid. Et dit pourquoi il sert ainsi de cible à ceux qui veulent attenter à sa vie.
Yves Manunta raconte, aussi, au micro de Frequenza Mora qu'au mois d'Août, déjà, à Capo di Feno, il avait été victime de la même action.
Pour lui ces actes s'inscrivent dans le sillage de l'affaire dite de la SMS (Société méditerranéenne de sécurité).

"Ils m'ont condamné à mort" accuse t-il en citant l'épisode de Capo de l'été dernier. " Je suis victime d'une cabale de la part de personnes qui ont leurs réseaux dans la Police et dans la Société"
Et Yves Manunta ajoute : "Tout le monde le sait . Et ceux qui ont agi sont des crapules, des porte-flingues de commanditaires en col blanc bien connus. Et tout le monde fait avec…"
Au cours de la même interview Yves Manunta  raconte l'agression dont il a été victime. Comment  et pourquoi il s'est extrait de la voiture lorsqu'il a été pris pour cible. 

"Quand je sors de la voiture, c'est pour protéger ma femme et ma filleJ'ai pensé que toutes les deux étaient mortes. On a voulu me tuer, mais tuer aussi ma famille" ajoute t-il.

Dans son interview, qui sera rediffusée jeudi matin à 7h30, il évoque encore  les nombreuses gardes à vue dont il fait l'objet parfois après des dénonciations anonymes.

 

Kalachnikov et fusil à pompe

 Au niveau de l'enquête on sait que Yves Manunta et sa famille, et le véhicule dans lesquels ils se trouvaient, ont essuyé le feu nourri d'une Kalachnikov et d'un fusil à pompe au moins.
A savoir aussi que les enquêteurs ont procédé à plusieurs interpellations, mais que c'est sans la doute la juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Marseille qui prendra le relais dans cette affaire.

 

Casalta : Aucune piste privilégiée.
Les investigations se poursuivent après l'assassinat de Ange Petrucci, abattu sur la route entre Casalta et Silvareccio, mais les enquêteurs ne privilégient aucune piste. Toutes les hypothèses sont envisagées.

Propriano : Sous les yeux de ses employés

A Propriano les enquêteurs se perdent en conjectures sur les motivations qui ont armé les bras des tueurs de Fayçal Abbakouy touchés par plusieurs impacts de chevrotines sous les yeux de ses employés. Seule certitude : la victime, inconnue des services de police

 

Rue Fesch : Une personne en garde à vue
Dans l'affaire de la rue Fesch un homme est en garde à vue dans les locaux de la police. Il pourrait s'agir de l'individu qui a fait feu mardi en fin de soirée contre Daniel Clapet qui a été blessé par balle à l'abdomen.

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    U Palatinu (jeudi, 10 novembre 2011 09:27)

    A nostra carissima Corsica ùn ne finisce più di pienghje a so malafurtuna, è i so figlioli tombi. Noi altri Corsi, ùn simu ch’e troppu abituati à leghje, à amparà a morte, l’assassinamentu d’omi nant’à a nostra terra, à tal puntu chì certi si sò ancu messi à pinsà ch’ella era perfettamente nurmale, forse per esurcizà u scumpientu è fà tace i lamenti di e nostre anime.

    Marti, ci sò stati, attempu dui assassinenti, unu in Casala, l’altru in Prupià, è duie prove d’assassinamentu in Aghjacciu, fra e quale una in a quale a moglia è a zitella di l’omu addisignatu sò state ferite da e palle, appughjendu sempre di più l’infamia.
    Ogni volta, cademu sempre più bassu in l’orrore di u focu maladettu d’atrocità.
    Un marti di sangue !

    Torna u sunniacciu riprincipia sempre à invelenà l’anime, è à sempre veste a nostra cara è corcia Corsica di i so panni di tristezza, di dolu, è d’affanu.
    È hè sempre u stessu scumpientu, u stessu spaventu, u stessu odiu di sta situazione cusì generatriccia di doli.
    Ogni volta, à ogni assassinamentu, sempre simu à l’addisperu, è sempre preghemu, senza credecci mancu una sola unica seconda, ch’ellu sia veramente l’ultimu mortu. Ùn ci credimu micca chì simu sempre sicuri ch’elli ci seranu torna altri assassinamenti, è puru perseguitemu di sperà, di crede in sta chimera inaccessibile ch’e no vurriamu tuccà in i nostri sogni.

    À ogni assassinamenti o quasi, certe ghjente, per amminurì u dolu, si dicenu, o provanu di cunvinchessi ch’e a vittima era statu un gattivu sughjettu, forse un maffiosu o un maffiusellu, è ch’ellu avia meritatu a so situazione, ch’ellu avia meritatu di more.
    St’analisa mi dispiace più ch’e propiu, prima perchè in a mio filosufia, cunsidercu ch’ogni vita hè sacrata, è chì nimu ùn merita l’assassinamentu, è dopu perchè hè una manera di velà u prublemu, di reducellu à a so più minima spressione. Seraghju sicuramente l’ultimu à negà ch’ellu ci sia un veru prublemu di criminalità è di maffia in Corsica, un prublemu più ch’e maghjore chì annegà a nostra tinta Patria sott’à un oceanu di maldestinu.
    Puru, è per mè, l’aghju ghjà dettu è a vogliu dì una volta di più, ogni vita umana hè sacrata.
    A morte d’un omu, a dicu, hè sempre un drama.
    Ma quandu sta morte ùn hè ne naturale ne accidentale, hè tuttu una tragedia, è u dolu ùn si stancia, ne per a famiglia, ne per l’amichi, ne per l’imaginariu cullettivu cume stampatu d’un pessimisimu atavicu ancu più anzianu ch’e a maledizzione d’Arrigu Bel Messere in l’annu mille.

    Di sicuru, s’e no parlemu cusì, si dice ancu, è troppu spessu chì certi assassinamenti nascenu di u sangue, per vindicà un altra morte più anziana, è ch’ella hè a nostra « cultura » ch’e di vindicàssi.
    Si dice spessu, quante un gran dramaturgu inglese, ch’ellu ci serà sangue versatu perchè u sangue chjama à u sangue. Si dice ancu ch’e e petre si movenu, ch’e l’arburi ne parlenu, ch’e l’ordine di e cose smarisce è chì u bughju invadisce a raghjone.
    Ùn sò manc’appena d’accunsentu incù sta manera di pinsà chì ci imprighjuneghja a mente in una stanza d’alienazione à un entità chì ci suprana senza ch’e no sapessimu cumu.
    À u cuntrariu, per mè, a « cultura » ùn hè manc’una stundetta una scusa valevule.
    L’assassinamenti sò scumpienti tamanti, è per esse sempre statu diffensore di a cultura corsa, sò assai primurosu ch’e certi abbandunessinu sta "tradizione" cusì infama.

    D’altronde, a vindetta ùn appartene micca à u campu di a maghjorità di l’assassinamenti, è sò propiu luntanu d’esse cunvintu ch’e i morti ebbinu tutti i mani insanguinati. Inoltre, pensu ch’ellu seria fà inghjuria à a so memoria ch’e di sempre imbruttàlli, dicendu ch’elli sò morti perchè avianu tombu, è ch’ella hè un bè.
    I morti, ancu per ùn esse micca tutti nucenti, ùn eranu micca tutti culpevuli.

    U sangue ùn lava nunda. Quandu venerà a fine di stu sunniacciu ?
    Induve ne hè a notte, à l’ora indecisa di a so lotta contr’à u ghjornu ?