Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

Le cinéma corse aux 50 journées internationales de Florence

Pour la première fois, plusieurs films se réclamant du cinéma corse néo-contemporain participent depuis lundi à un événement international : 50 Giorni di Cinema Internazionale a Firenze 2011. La participation de la Corse est née d'un partenariat entre l'Institut Régional du Cinéma et de l’Audiovisuel Corse (IRCA) la Fondazione Sistema - Mediateca Regionale di Toscana, en collaboration avec la province et la municipalité de Florence. 

Six films représenteront la Corse à cet évènement exceptionnel, qui dure 50 jours, propose 150 projections et réuni jusqu'à 50 mille personnes.

Le ''cinéma corse néo contemporain'' est le nom du mouvement cinématographique qui fait son apparition en Corse en 2008. La principale caractéristique de ce courant est de présenter le quotidien en l'état, en adoptant une position moyenne entre scénario, réalité et documentaire et en se servant à la fois de gens de la rue et d'acteurs professionnels pour apporter un maximum de réalisme et de véracité. Il se fonde en partie en réaction aux nombreux long métrages qui se tournent dans l'île et qui font peu cas de la culture locale.

Certains contre-sens ou contre-emplois sont critiqués par les tenant du cinéma Corse néo contemporain. Sauf ce type de tournages - très contestés dans l'île - l'Institution de tutelle - La Collectivité Territoriale de Corse - soutient la production de films documentaires ; ce qui fait de la Corse la quatrième région française en terme de nombre de tournages de documentaires.

Un pont cinématographique entre l'Italie et la Corse

Par manque d'infrastructures (plateaux de tournages, studios, post-production, ...) les cinéastes corses sont contraints de tourner dans la rue, d'acclimater les longs métrages dans les lieux authentiques : cela devient une sorte de code stylistique qui va puiser dans ces contraintes une incontestable qualité de vérité. Le qualificatif de ''cinéma Corse Néo Contemporain'' a été employé pour la première fois en 2011, par le journaliste Jacques Renucci en référence à ''la Marche de l'Enfant Roi'' de Magà Ettori, à l'annonce de sa sélection au 64e Festival de Cannes (Short Film Corner). Ce film mélange par exemple des situations réelles telles que les guérillas urbaines d'avril 2009 et des manifestations reconstituées aux mêmes endroits par des comédiens amateurs et professionnels, ce qui donne une impression d'extrême véracité.

Le partenariat entre l'Institut Régional du Cinéma et de l’Audiovisuel Corse  et la Fondazione Sistema - Mediateca Regionale di Toscana est le fruit du travail de Corsitalia Produzione, une des 60 associations fédérée par l'IRCA et dont l'objectif est de bâtir un pont cinématographique entre l'Italie et la Corse.

Corsitalia Produzione participe au programme Ciné Corsica, l'utopie d'une culture corse qui se partage sur grand écran. L'audiovisuel et le cinéma sont parmi les branches d'activité les plus dynamiques de l'économie européenne et leaders du marché mondial (Observatoire Européen des Médias). Le CNC annonce une fréquentation record des salles de cinéma en France en 2010 avec 206,5 millions d'entrées en salles. Dans ce contexte très favorable, l'Institut Régional du Cinéma et de l'Audiovisuel souhaite faciliter l'émergence du cinéma corse néo-contemporain.

Pour tendre vers cet objectif, l'IRCA a réalisé un maillage étroit du territoire insulaire, recruté des cinéastes et des cinéphiles, et élaboré un programme commun : le Ciné Corsica.

Les antennes locales de Ciné-Corsica vont intervenir - chaque fois que possible - dans l'aide à la production et à la distribution, dans l'information, les festivals, les rencontres, les débats, les projections, et la formation. Une activité efficacement soutenue par un réseau de professionnels.
Deux courts métrages et un long métrage

L'objectif de l'IRCA est à partir de là de permettre un rayonnement maximal de ce cinéma, d'où le partenariat avec la Fondazione Sistema - Mediateca Regionale di Toscana conduit de main de maître par Allessandro Michellucci.

La manifestation se conclura par deux courts métrages et un long métrage se réclamant du cinéma corse néo-contemporain (A Vindetta - I Tercani - La Marche de l'Enfant Roi) et un débat animé par Allessandro Michelluci et Lesia Sergentini en présence de Magà Ettori (réalisateur, Président de l'IRCA, Conseiller Cinéma au CESCC), Ondalina Ettori (comédienne, réalisatrice, présidente de Ciné Rinovu), Ariakina Ettori (comédienne, danseuse, chorégraphe).

L'Institut régional de l'audiovisuel et du cinéma se veut le partenaire privilégié des projets de cinéma et d'audiovisuels développés en Corse. Véritable passerelle fraternelle, avec les autres régions du monde, l'IRCA participe au dialogue interculturel au cœur de la Méditerranée. L'IRCA intervient principalement sur la création, la production, la diffusion, la formation, l'éducation et la sensibilisation à l'image, mais également sur la mémoire et l'histoire de la Corse.
Dans le réseau Anna Lindh

L'Institut régional de l'audiovisuel et du cinéma (IRCA) a fait le 22 février 2011, son entrée officielle dans le réseau Anna Lindh. La Fondation euro-méditerranéenne pour le dialogue entre les cultures, instituée par l'Union européenne et les pays du pourtour méditerranéen vise à rapprocher les individus et les organisations des deux... côtés de la Méditerranée grâce à des actions soutenues de dialogue et de refermer le fossé qui les sépare. La Fondation Anna Lindh a été créée par les gouvernements du partenariat euro-méditerranéen, accord politique d’envergure auquel sont parvenus en 1995 l’Union européenne et ses dix partenaires du Sud de la Méditerranée reconnaissant le rôle primordial du dialogue interculturel afin de promouvoir une coexistence paisible dans la région, le Partenariat a établi la Fondation en 2005 afin de soutenir des organisations et individus travaillant à la promotion du dialogue et avec l’objectif politique de faire de la région euro-méditerranéenne une "aire de coopération, d’échange, de mobilité, de compréhension mutuelle et de paix".

Avec sa participation aux 50 journées du cinéma Internationale de Florence, l'IRCA poursuit sa quête d'excellence et d'ouverture sur le monde pour un meilleur rayonnement du cinéma corse néo-contemporain. 

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    J.P. (jeudi, 27 octobre 2011 07:57)

    chi maraviglia per me di vede chi puru puru u sinema corsu nascente si ne va a riscuntra u so fratellone talianu, un è che cusi chi st'arte novu puddera cresce in de u nostru paese.