Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

Prix de la CTC : « Les corses et les questions coloniales » et «A Petraconi» au palmarès

(Photos  Marilyne Santi)
(Photos Marilyne Santi)

Paul Giacobbi, président du conseil exécutif de Corse et Pierre Ghionga en charge de la langue corse ont remis jeudi après-midi à l’Hôtel de Région le prix de la CTC qui récompense deux ouvrages, dont un en langue corse, et doté de 5000 euros attribués à chacun des auteurs.

Ce sont les œuvres « Les corses et les questions coloniales » de Francis Arzalier (Editions Albiana) et « A Petraconi » d’Anghjulu Canarelli  (Editions Cismonte)  qui ont été primées.

Dans le premier l’auteur, historien et essayiste, relate comment les Corses, inscrits dans un espace géographique qui faisait de leur île un lieu d’arrivée, ont de tout temps entretenu avec leur « extérieur » des rapports ambivalents.

Le second auteur, est originaire de Livia dans l’Alta Rocca « où s’enracinent ses textes composés de dureté et de tendresse », le tout en langue corse.

Le jury du prix de la CTC

Ce Prix a été institué par l’Assemblée de Corse dans le cadre de sa politique en faveur de la langue et de la culture corses qui, souligne Paul GiacobbiI: « doivent rester au centre de notre politique culturelle régionale ».

Le jury est composé de 16 membres élus ou désignés pour la durée du mandat de l’assemblée de Corse et qui sont  le président du conseil exécutif de Corse, le président de l’assemblée de Corse, 7 conseillers territoriaux représentant les groupes politiques de l’assemblée de Corse et 7 conseillers qualifiés et extérieurs à la CTC. Parmi eux la présidente du jury Marie-Hélène Ferrandini.

Parmi 13 ouvrages en corse et en français, 9 ont été choisi en présélection le 17 novembre 2010 et le 6 décembre les 2 lauréats du Prix 2010 ont été désignés.

 Nombre de petites maisons d’édition insulaires étaient présentes témoignant de l’effort fait pour que le livre corse trouve une large place dans notre culture et dans le cœur du lecteur.
                                                                                                                                      M. S 

Écrire commentaire

Commentaires: 0