Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

Mark Smith : Un "Springbok" au Casone…

Mark Smith n'est pas un inconnu dans le petit monde, qui ne cesse de grandir, du rugby bastiais. En fait pour le Sud-Africain de Bastia XV il s'agit d'un retour. "Il y a quelques années en arrière - c'était en 2004 - mon entraîneur, un ancien joueur de Narbonne, a proposé mes services à l'un de ses anciens coéquipiers devenu agent de joueurs". "C'est de la sorte, explique aujourd'hui Mark Smith, avec son inimitable accent des antipodes, que je me suis retrouvé talonneur au SCB".

Et il passa, comme ça, deux saisons en Corse.
"Nous sommes montés de Fédérale 3 en Fédérale 2 et de Fédérale 2 en Fédérale 1 avant mon retour au pays pour des raisons personnelles".
Mais ce séjour a été si fort que Mark Smith ne l'a jamais oublié.
Le Casone d'hier au cachet particulier, les soirées autour de la cheminée, la solidarité sur et hors du terrain : Mark les a toujours conservés dans un petit coin de sa tête. Avec, sans doute, le secret espoir d'y revenir un jour.
Puis les événements se sont précipités.
A Zululand d'où il est originaire, il évoluait certes à un bon niveau - l'équivalent de la Fédérale 1 française - et confortablement installé il y menait une vie relativement aisée. Mais au cours des derniers mois la situation s'est singulièrement détériorée et la plus grande insécurité règne, désormais, dans la Province.
Dès lors pour Mark Smith une seule solution s'imposait : l'Europe, la France, Bastia.
"J'avais vraiment envie de changer d'air qui est devenu irrespirable la-bas. J'ai tout naturellement songé à Bastia où j'avais laissé des amis 
après mon premier passage. Et comme j'avais toujours gardé le contact avec eux…"
Bref les Augey - aujourd'hui à Lucciana - Tolofua et à un degré moindre Philippe Forzo, Mikaël Leduc et Henri Bonino - beaucoup plus jeunes à l'époque - n'ont pas manqué de se réjouir du retour du "Springbok" au Casone.
Il est vrai que Mark Smith n'est pas n'importe qui.
Savez-vous, par exemple, que durant deux saisons consécutives il a été retenu dans l'équipe B des Skarks, qui a opère sa sélection parmi une trentaine de clubs d'Afrique du Sud?
"Je faisais 250 km quatre fois par semaine pour aller à l'entraînement" explique Mark Smith.
Et sa carrière aurait encore certainement évolué si en 2004, Mark n'avait signé au SCB… Mais la bonne époque de rugby avec Jo Gandolfi et les "toulonnais" l'a consolé de ce choix.
"Il y avait une ambiance extraordinaire et nous n'avons jamais perdu une rencontre à domicile" se souvient Mark Smith.
Et aujourd'hui?
"Nous avons une bonne équipe. Avec des joueurs de qualité. Tous les ingrédients semblent être réunis pour que nous finissions dans le haut du tableau."
"Si nous continuons de la sorte et si nous n'avons pas trop de blessés, je crois que nous pouvons envisager le meilleur pour Bastia XV" estime Mark Smith.
Et il sait de quoi il par le Sud-africain de Bastia XV qui a 31 ans et qui, statut amateur oblige, a trouvé à s'employer dans la région bastiaise non sans apporter son concours à tous ceux qui, au niveau du club, s'investissent, semaine après semaine, dans la formation des jeunes.
Avec un tel exemple…
                                                                                                             Charles MONTI

Écrire commentaire

Commentaires: 0