Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

Langue corse : Ajaccio adhère à la charte

La valeur n'attend pas le nombre des années. A 23 ans Tumasgiu D'Orazio, délégué à la Langue et Cultures corses depuis Mars 2008 au sein de la municipalité d'Ajaccio, en constitue une belle preuve. Étudiant en master de Droit à l'universita di Corti, le jeune homme, brillant, qui, à la faveur de l'ouverture à la société civile et notamment aux jeunes et aux étudiants prônée par Simon Renucci, s'est engagé aux côtés du député-maire d'Ajaccio, a passé un bel oral de contrôle vendredi soir devant l'assemblée communale. A l'ordre du jour de son intervention : la langue corse, bien sûr, et la charte à laquelle la ville va adhérer dans le sillage de la CTC.
Interview.

- Ajaccio va donc adhérer à la charte de la langue et de la culture corses?
- Le conseil municipal suite à la volonté du député-maire Simon Renucci a décidé de voter vendredi soir la signature de la charte de la Langue et de la Culture corses élaborée par la Collectivité Territoriale de Corse. Mais au-delà, du simple fait de signer la charte, c’est la concrétisation d’un vrai travail de fond mené par la ville depuis 2001, en collaboration avec la CTC, afin de promouvoir notre langue. Ce travail d’ailleurs depuis une décennie ne s’est pas limité à la charte mais à la mise en place de bien d’autres mesures.
-  Quel est l'objectif poursuivi ?
- Très simplement c’est la poursuite de notre engagement en faveur de la langue. C’est un plan d’action visant à apporter une réponse concrète dans chaque domaine. Comme nous le développons dans la délibération cela s’articule sur 5 axes qui se déclinent ainsi : la visibilité de la langue, la promotion de la langue à travers l’ensemble de ses supports de communication, le développement d’outils de connaissance de la pratique de la langue, le développement d’outils, méthodes et actions d’accompagnements de la transmission de la langue destinés aux enfants et familles et pour finir la définition d’une politique culturelle et patrimoniale volontariste. Tout cela est décliné sur 27 mesures. 17 sont déjà réalisées et les 10 autres en cours. Le niveau 3 sera donc atteint dans 3 ans.
- Quelles conséquences cette délibération aura-t-elle sur le plan communal ?
- En effet, cette délibération aura des conséquences sur la vie communale et plus largement ajaccienne. Celle-ci vise de nombreux domaines de la vie municipale que ce soit la petite enfance et l’enfance, par l’intermédiaire d’un plan de généralisation du bilinguisme dans les activités les concernant, mais aussi par la poursuite du bain linguistique, soit la pratique du bilingue dans les structures de petite enfance. Il y a aussi la poursuite de la politique culturelle, faisant une large place à notre culture, les formations du personnel, la communication mais aussi la revalorisation de notre patrimoine qui débutera par une étude toponymique et qui donnera lieu à une commission des noms de rue et une signalétique bilingue. La liste ne s’arrête pas là, c’est donc un plan d’action assez large.
- Sur les  plans de la promotion et de l'enseignement, la route est-elle encore longue pour la langue corse?
- Il faut souligner l’effort résolu de la CTC pour la promotion de l'enseignement de la langue corse. Cette dimension politique s’est vérifiée à travers le "Plan stratégique d'aménagement et de développement linguistique pour la langue corse 2007-2013", ainsi que lors du débat sur la co-officialité territoriale et la mise en place d’une feuille de route pour la langue corse. L’apport des communes devient lui aussi déterminant, il faut alors se diriger vers une plus grande implication du reste des acteurs et des Corses en général. La clef se situe dans un équilibre entre une politique concrète et efficace et une vraie adhésion de la société, l’enjeu réel est ici.
- Ajaccio et la région ajaccienne et la langue corse?
- Nous agissons pour le moment sur la ville d’Ajaccio mais rien ne nous empêche d’imaginer par la suite que l’on puisse travailler avec d’autres collectivités. De plus, nous pouvons croire que notre engagement communal puisse profiter aux autres et les inspirer. Certaines de nos initiatives comme Parlamicorsu.com, e site d’éveil linguistique, est d’ailleurs consulté par l’ensemble de la région corse. On peut aussi imaginer pour la suite des événements qui attirent des personnes allant au-delà des frontières de notre ville.
- Est-elle selon vous suffisamment utilisée?
- Evidemment que non ! Les locuteurs sont peu nombreux. Cela nous impose de faire de nombreux efforts dans la mise en disposition d’outils, d’apaisement du débat et dans la modernisation des pratiques linguistiques. Il y a beaucoup d’autres combats, comme par exemple, le fait que les jeunes en général sont complexés par leur maitrise de la langue ou que celle-ci ne se soit pas suffisamment adaptée au monde moderne. Mais les choses changent et on le voit dans les derniers débats à l’Assemblée Territoriale ou dans le renouvellement de la production culturelle et artistique.

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Antonu (dimanche, 01 janvier 2012 22:04)

    PACI e SALUTA

    Parchi un marcatu d'Aiacciu ghje scritu mercatu ?

    E, in Mezzavia ci hè scritu Chemin de Culetta ( petit cul ), in veci di chemin de Culletta ( colline ) ? - Les voies du Seigneur sont impénétrables !