Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

XXIIIèmes Rencontres de chants polyphoniques de Calvi La création U cantu di l'acqua plébiscitée

(Photos Jean-Paul Lottier)
(Photos Jean-Paul Lottier)

Les XXIIIèmes Rencontres de Chants Polyphoniques de Calvi, A l’iniziu c’era a voce se sont ouvertes mardi soir en la cathédrale Saint-Jean-Baptiste dans la citadelle de Calvi. Dans ce lieu habituellement dédié au culte, beaucoup trop petit pour accueillir tout le monde, ce sont les voix et sons de l’ensemble Doulce Mémoire qui, émouvantes, se sont élevées de l’autel.

Les mélomanes ont écouté religieusement l’ensemble qui a pour seule passion que celle  de revisiter le répertoire profane et sacré de la Renaissance.
Sous la direction de Denis Raisin Dadre, les confréries d’Orient et d’Occident ont donné toute la mesure de leur talent.
Ce mercredi à 18 heures à l’oratoire Saint-Antoine à la citadelle, l’engouement manifesté par la population et les vacanciers pour ces rencontres polyphoniques a dépassé toutes les espérances des organisateurs.
Il en effet fallu doubler le concert de 18 heures tant la demande était forte.  A Filetta, très fortement impliqué auprès de l’association U Svegliu Calvese, dans l’organisation de ces rencontres polyphoniques et  l’ensemble Conductus  ont accepté les deux représentations.
Marcello Fera pour Conductus et Jean-Claude Acquaviva pour A Filetta ont pris le temps d’expliquer au public leur association et leur motivation pour cette rencontre intitulée :  U cantu di l’acqua. Dans cette rencontre Corse-Italie chacun a exprimé toute sa sensibilité.
Rappelons simplement que cette association n’est pas nouvelle puisque en effet, les deux formations se sont déjà produites sur scène à plusieurs reprises. Seul changement d’importance pour le public : l’interprétation de deux créations mondiales rajoutées depuis leur première rencontre. Venu des Alpes Italiennes, le compositeur Marcello Fera a imaginé de subtiles constructions sonores en écho aux polyphonies originales du groupe balanin A Filetta.
En soirée, autre registre en la cathédrale avec l’ensemble Diagolos, pour des polyphonies françaises et anglaises de l’an mil.
Fondé en 1997 par Katarina Livljanic, chanteuse et musicologue, Dialogos  se consacre à l’interprétation des répertoires sacrés de l’Europe médiévale. Alliant une recherche musicologique approfondie à une grande force scénique, les programmes de Dialogos communiquent avec la sensibilité contemporaine et proposent une nouvelle approche des musiques anciennes. À travers des répertoires inédits, l’ensemble explore le théâtre musical, le plain chant et les premières polyphonies médiévales, avec un intérêt particulier pour les répertoires du monde slave méridional.
Ces rencontres se poursuivent demain jeudi avec au programme  à 18 heures en l’oratoire Saint-Antoine : L’oiseau de feu ( musiques persane et poèmes mystiques d’Orient et d’Occident) et à 21h30, en la cathédrale Saint-Jean-Baptiste, ensemble Imeri de Georgie.

Écrire commentaire

Commentaires: 0