Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

Auxerre : 4 Aiacciu : 1, L'AC Ajaccio se "casse les dents" en Bourgogne

Pourtant motivés, aux lectures des différentes ITV d’avant-match, les ajacciens n’ont pas montré  un joli visage à Auxerre, pour le compte de la 4e journée de L1. Totalement improductifs devant et impuissants derrière, c’est d’une soirée cauchemar que sortent les acéistes. 

Encore une fois, Olivier Pantaloni testait une nouvelle équipe. Hormis la défense qui n’a pas été modifiée, on trouvait une innovation au milieu de terrain, deux récupérateurs en la personne d’André et de Pierazzi,  Cavalli juste devant, qui constituait la base d’un  losange offensif audacieux avec Socrier seul devant, appuyé par Sammaritano et Paul Lasne, qui avait pris le couloir droit en remplacement de Kinkela.
L’entame de match est déjà  à l’avantage des Bourguignons, qui trouvent les espaces, et même Ochoa dans les premiers instants, grâce aux déplacements difficilement gérables de Dennis Oliech et Alain Traoré.

Et à force de s’infiltrer, les auxerrois vont être récompensés, Oliech déborde N’Diaye, est contré par Poulard, qui remet maladroitement sur Chafni, seul au second poteau, qui ouvre habilement le score à la 34 e minute. L’ACA est étouffé par la force de percussion de l’attaque concoctée par Laurent Fournier, et ne parvient pas à réagir, perdant un nombre incalculable de ballon, notamment par Socrier, dont les contrôles seront à revoir… Score logique à la pause donc.
Le ton va perdurer au retour des vestiaires, car l’ACA semble endormi, voir inerte à certains moments. Pantaloni tente alors un changement de tactique, avec les sorties de Lasne et Cavalli, respectivement pour Tiberi et Ilan, formant ainsi un schéma plus ambitieux avec deux pointes.

Après un temps de latence et malgré les changements opérés, l’AJA va reprendre son adversaire à la gorge. Ochoa s’impose d’une main de fer face à Oliech lors d'un" un contre un", et Traoré fait encore parler la poudre avec une frappe audacieuse qui enflamme un  peu plus l’Abbé-Deschamps. Et comme si le manque de cohésion de l’ACA ne suffisait pas, N’Diaye sort sur blessure à la 74e. Une minute plus tard, Traoré se chargeait de battre Ochoa d’un coup-franc plein axe aux vingt mètres. Le tir enroulé du pied gauche ne laisse absolument aucune chance au portier Mexicain qui va chercher un second ballon au fond de ses filets. La messe semble dite après ça, et on ne voit pas comment les oursons pourraient sortir la tête de l’eau. Pire que ça, l’ACA va s’enliser…

Sur l’action suivante, Traoré (encore) servi par Chafni, enroule encore une fois magistralement le cuir sous la barre de Memo Ochoa devant une défense dépitée… 3-0, sans appel, mais pas sans réaction, puisque sur l’unique action construite du match, Ilan s’appuie sur Tiberi et André pour battre Sorin du droit ! 3-1, l’ACA sauve l’honneur. Ultime coup dur, la sortie de Begeorgi sur blessure, plus grave que celle d’N’Diaye, qui contraint les coéquipiers de J.-B Pierazzi a finir à dix…Le Tallec concluera le bal en plaçant une 3e fois le cuir dans la lucarne d’un Ochoa sans réussite ce soir-là.

4-1, n’en jetez plus, la coupe est pleine !
Il faudra vite oublier ce match pendant la trêve internationale pour recharger les accus, avant la réception de Valenciennes, défait chez lui par Bordeaux après avoir ouvert le score. Entre temps, il y  aura le premier tour de Coupe de la Ligue au Mans, où selon toute vraisemblance, il serait bon de faire tourner, quitte à se faire éliminer au premier tour…
                                                                                                                             O.C.

Écrire commentaire

Commentaires: 0