Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

Pierre Orsini : Une légende du tour de Corse automobile

Il était attendu depuis quelques années. Aujourd'hui, pour le plus grand bonheur des fans des rallyes et plus particulièrement du tour de Corse auto, c'est chose faite. Pierre Orsini, pilote de légende, seul Corse a avoir remporté cette épreuve mythique qu'est le tour de Corse nous raconte ses quinze ans de rallye.

C'est lui aussi qui est à l'origine de bien des vocations de ces pilotes insulaires qui ont marqué à leur tour l'histoire du sport automobile de notre île.

Dans cet ouvrage, préfacé par l'illustre Jean-Claude Andruet, Pierre Orsini raconte, avec cette passion qui l'anime, ses 15 ans de rallyes.
De 1957 à 1970, Pierrot Orsini a participé à 14 tours de Corse ponctués de 3 victoires, 2 places de second, 1 place de quatrième et une place de cinquième.
Pilote associé à un autre grand, Jeannot Canonici, l'ancien huissier de justice de la cité impériale a également participé à quelques grandes classiques de l'époque comme le tour de France, la coupe des Alpes, les Cévennes à quatre reprises et trois place de second, Fleurs et parfums, Targa Florio, tour de Sardaigne avec la victoire au bout.
Après avoir « raccroché » en 1970 pour se consacrer à une autre passion: la pêche au large, Pierrot Orsini décide en 1981 de reprendre du service, entraînant dans son sillage son copilote et ami Jeannot Canonici. Au volant d'une berlinette Alpine 1800, il a en point de mire le tour de Corse 1983 qu'il veut disputer avec son fils à qui il compte passer le relais.
Malheureusement, le destin en a décidé autrement.

On est en 1982. Son ami Simon Quilici lui demande de louer une Porsche pour faire la Ronde De Calvi. Dès les premiers essais, Orsini décèle un bruit bizzare sur le train avant de la voiture loué à Joffroy et décide de renvoyer le véhicule.

Quelques jours plus tard il récupère le bolide et se présente au départ du 1er tour de cette Ronde de Calvi . Dans la spéciale, tout juste 1 km après le début de la course, le train avant s'ouvre en ligne droite. Pierrot Orsini ne peut plus maîtriser la voiture qui percute un rocher à 140 km/h.
Simon Quilici est tué sur le coup. Orsini s'en tire avec une fracture de la cheville.
La course est arrêtée.

Au terme d'un long procès qui durera une dizaine d'années, la responsabilité de Joffroy, loueur de la voiture de course sera formellement engagée.
Pierrot Orsini ne se remettra pas de la mort de son ami Simon Quilici à qui il dédie cet ouvrage.
Outre la préface de Jean-Claude Andruet, qui souligne les qualités humaines et sportives de l'idole de tout un peuple, on y trouve aussi des témoignages de Yves Loubet, Jean-Pierre Manzagol, Patrick Bernardini, Francis Serpaggi, Christian Habani et François-Xavier Ripoli, qui est pour beaucoup dans la décision de Pierrot d'écrire ce livre.
Dans l'ouvrage, qui se dévore à la vitesse d'une spéciale, Pierrot nous offre une multitude de photos et documents, des anecdotes et autres souvenirs qui ont marqué sa carrière.
                                                                                                                                           Jean-Paul Lottier

Écrire commentaire

Commentaires: 3
  • #1

    vincent PARISOT (vendredi, 19 août 2011 00:18)

    Très bel ouvrage. merci M rOrsini.

  • #2

    quilici cécile (lundi, 12 septembre 2016 15:13)

    Bonjour,
    Je cherche le moyen de me procurer l'ouvrage autobiographique de monsieur Orsini Pierre.
    En vous remerciant.

  • #3

    HUBERT Gérard (mercredi, 16 août 2017 21:30)

    Bonjour, je fais des recherches des lieux et date de naissance de tous les pilotes ayant participé, de près ou de loin, ce qui est le cas de monsieur Pierre ORSINI en 1964 sur une Alpine Renault. J'aimerai également lui écrire pour lui demander un autographe.
    Et merci des souvenirs des batailles Orsini/Rolland, entre le Roi des Corses et le roi des Cévennes, j'étais bien jeune......................................
    Bien amicalement.