Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

L'ACA a si ghjoca à l'usu "catenaccio"

L2- 34e Ghjurnata US Boulogne 0-1 AC Aiacciu
Au terme d’un match où le mental et la solidité firent foi, l’AC Aiacciu est parvenu à obtenir un succès significatif en vue de l’accession. Les coéquipiers de Carl Medjani repartent de Côte D’Opale la tête haute, puisqu’ils n’ont pas tremblé face à des Boulonnais désireux de côtoyer à nouveau les étoiles la saison prochaine. Cela ne sera malheureusement pas le cas pour l’équipe de Michel Estevan. Retour sur cette soirée pleine d’enseignements… 

"Je suis sûr que nous sommes capables de faire un coup à Boulogne ou à Angers ». Ces paroles de Thierry Debès doivent encore résonner dans la tête de certains ! Et c’est avec un véritable esprit conquérant, mais pas tête brûlée, que l’ACA est allé chercher cette victoire devant les caméras d’Eurosport ! Outre cet aspect anecdotique (l’ACA n’avait encore pas gagné en étant télévisé), ce succès en terre boulonnaise est une véritable performance, tant au niveau comptable que sur le plan tactique.

La tactique, parlons-en ! Un 4-5 1 modifié à la dernière minute en raison de « problèmes musculaires »  pour Rivière et Medjani, permettait non seulement une récupération efficace (bien aidée par une défense centrale sur le qui-vive et un Yohan Poulard irréprochable), mais aussi une transformation en 4-3-3 sur les phases offensives et surtout les contres, où Socrier en « fixateur » pouvait s’appuyer sur Kinkela et Cavalli, ce dernier s’acquittant même d’un match sérieux dans un rôle bien plus défensif que son poste ne le laissait supposer.

Les offensives des rouges et noirs, elles, basées sur un Grégory Thil visiblement débordé par la tâche lourde qui lui était demandée, ne surent trouver les gants du capitaine acéiste que sur coup-de-pied arrêtés. Il fallut attendre l’heure de jeu pour voir une bonne combinaison dans les vingt mètres des Oursons pour frémir, de peur de voir cet extérieur pied droit de Thil s’approcher de la lucarne de Debès. Mais avant cela, on a pu (une fois n’est pas coutume) assister à un autre genre de show. Celui du juge principal de la rencontre, M.r Duhamel, qui arbitrait l’ACA pour la cinquième fois de la saison.

Ce dernier, apparemment en manque d’arguments, a préféré expulser l’entraineur acéiste ainsi que le président Orsoni plutôt que de répondre à leurs réclamations avec la courtoisie et le sang-froid qu’il incombe à tout arbitre de posséder…

Bref, laissons le banc sur la touche et revenons au terrain. Et à cette 20e minute, où après une récupération dans l’entrejeu, Kinkela prenait appuis sur Ducatel, pour finalement repiquer au centre dans les pieds de Paul Lasne, qui ouvrait magistralement le score du pied gauche à l’entrée de la surface. Le premier but de la saison du jeune girondin allait faire office de point d’ancrage pour le navire rouge et blanc, qui défendra sa position sur le podium jusqu’au bout des cinq minutes de temps additionnel.

Beaucoup critiqué en début de saison pour certains choix et même non-choix tactiques, Olivier Pantaloni a prouvé ce soir encore qu’il était bel et bien l’homme de la situation.

Grâce au travail d’orfèvre réalisé par une défense centrale intraitable et des ailiers qui ne laissèrent rien passer, la récupération de balle fut d’un sérieux décisif et constitua sans doute la clé de voute de la rencontre. Des centres plongeants aux frappes lointaines, aucune tentative des attaquants de Boulogne ne mit en danger le portier Ajaccien. Et ce ne fut pas faute d’avoir essayé. Sur un ultime contre, Andy Delort gâcha même la balle du 2-0. Autant dire que tous les efforts du monde n’auraient sans-doute pas été récompensés coté Boulonnais, tant les remparts acéistes étaient imprenables ce soir.

Autrement dit, si l’ACA ne livre pas sur ce match l’une de ses meilleures performances sur le plan de l’attaque, il convient de saluer la justesse avec laquelle les défenseurs ont fait leur travail, ainsi que ce pari réussi par le technicien Ajaccien, qui laisse son collègue Michel Estevan sur sa faim de victoire.Un vrai « catenaccio » italien !

Sur le plan comptable, on retiendra qu’il ne reste plus que cinq équipes vraiment en course pour une médaille. Evian, leader bousculé à Grenoble (1-1), ne semble pas plus inquiet que ça. Pour les autres, comme pour l’ACA, il faudra garder la tête froide. Le Mans se révolte et signe un succès sans appel 3-0 contre des Tourangeaux qui semblent avoir tout lâché, Dijon se sort du piège Castelroussin et Sedan de l’embûche Messine.

Rendez-vous Mardi à François Coty pour une confirmation très attendue !

Olivier. C

Écrire commentaire

Commentaires: 0