Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

ACA-CTC : On se retrouve le 26 Mai…

 Il n'y avait pas de dossier de subvention, destiné à la poursuite des travaux au stade de Timizzolo, inscrit à l'ordre du jour de la session de l'assemblée de Corse de mardi contrairement à ce qui avait été initialement prévu. Mais ce n'est pas pour autant que l'on n'a pas parlé de l'ACA dans l'hémicyle. C'est même le sujet qui a mis un peu de piment à une réunion qui en a singulièrement manqué. Tout a commencé la veille quand le rapport fut (volontairement) retiré de l'ordre du jour parce qu'il aurait, sans doute, fallu délibérer sur un document appelé à être déclaré nul et non avenu.

Mais reprenons la chronologie de l'affaire.
Mardi matin à Timmizzolo Alain Orsoni et les dirigeants ajacciens tiennent conférence de presse. Sur le site du club la couleur était, déjà, annoncée.

"Nous avons poussé un soupir de soulagement en apprenant que le rapport des services était enfin prêt et que le dossier de subvention serait présenté au débat le 3 Mai! Quelle n’a pas été notre surprise en apprenant […] que le rapport  n’avait rien à voir avec notre requête et ne tenait aucun compte des éléments que nous lui avions communiqués ! Ainsi, alors que nous sollicitions une aide à hauteur de 5,2 millions et que nous prouvions que le club avait d’ores et déjà payé sa quote part à hauteur de 3,5 millions et au-delà consenti une avance de 1,7 millions supplémentaires, le dossier fait état d’un besoin de 3,8 millions et mieux encore, réclame un investissement supplémentaire du club à hauteur de 800 000 Euros !... »

«Il n’est tenu aucun compte de la démarche engagée depuis des années et des engagements pris, on feint de considérer qu’une première tranche de travaux a été réalisée par le club et qu’un dossier de financement nouveau vient de voir le jour.[…] Tout cela pour obtenir in fine une subvention qui ne couvrira pas le montant des travaux."

 

"Demande dénaturée"

Malgré une démarche honnête et patiente du club, qui depuis des mois transmet chacun des éléments à l’Assemblée afin que le dossier soit le plus clair possible, voilà donc que, deux jours avant le vote, on présente à Alain Orsoni un dossier où les chiffres ont tout bonnement été modifiés. Le club a bien évidemment fait retirer le texte du vote de la séance de l'après-midi.

Outre le retard qui sera une nouvelle fois pris quant à la clôture de ce dossier qui court depuis 2007, c’est à un danger bien plus grave que l’AC Aiacciu est désormais exposé. Car la saison se terminant bientôt, le dossier devra passer dans les mains des dirigeants de la Ligue de Football Professionnel pour être validé et permettre à l’ACA d’accéder à l’étage supérieur s’il terminait sur le podium. Mais un tel dossier ne pourra être accepté, et l’ACA se verrait tout simplement contraint de se voir rétrogradé en National…

« Nous le disons solennellement, si une réponse concrète n’est pas trouvée avant le mois de Juillet prochain, nous pouvons d’ores et déjà dire que nous ne pourrions accéder en L1 même en cas de qualification. Pire, il est évident que nous nous trouverons dans une situation qui nous contraindra à diminuer le budget de la saison prochaine, à tel point qu’il faudra se battre pour rester en L2 ! C’est évidemment un coup dur pour le club, nous oserons dire que c’est aussi un mauvais coup à l’économie locale, car cela impliquera un certain nombre de licenciements et un impact économique considérablement réduit puisque l’ACA injecte chaque année la totalité de son budget (7 millions d’euros) essentiellement au niveau de la région et des entreprises corses.

Nous persistons à croire en la bonne volonté  des élus mais nous ne pouvons que constater que les services administratifs ont totalement dénaturé notre demande. Les chiffres ne correspondent pas, la réalité et l’historique de la démarche ne sont absolument pas pris en compte… »
 

 

Au secours des fnctionnaires

Les propos ont eu l'écho escompté au sein de l'hémicyle.
Paul Giacobbi a commencé par voler au secours de ses fonctionnaires incriminés par l'ACA.
"Le football passionne certes, mais je n'admet pas que l'on mette en cause la compétence et l'objectivité de nos fonctionnaires. On n'a pas le droit de les citer nommément et de les qualifier de malveillants. Si il y a des reproches à faire on les adresser au président du conseil exécutif ou à l'exécutif ou bien alors aux deux, mais en aucun cas aux fonctionnaires.

Paul Giacobbi a ensuite explique le cheminement du dossier en rappelant que Timizzolo terrain privé, avait été classé enceinte sportive d'intérêt général mis à disposition du public sauf que l'arrêté validant cette disposition n'avait jamais publiée au Journal Officiel. Et que dans ce cas de figure toute délibération de l'assemblée pourrait rapidement, faire, l'objet d'un recours en annulation.

Pour Paul Giacobbi, on ne peut financer des travaux qui ont déjà été réalisés. "C'est la loi!"
Mais la CTC n'abandonnera pas le club pour autant.
Un second rapport viendra en discussion le 26 Mai et un courrier, assurant le soutien de la CTC au club, partira à destination de  la Ligue de Football.
Le débat s'ouvre ensuite. Nadine Nivagionni déplore, Jean-Jacques Panunzi s'étonne, Paul-Felix Benedetti, Dominique Bucchini, Ange Santini soutiennent les personnels. Antoinette Santoni-Brunelli pose la question de savoir où se situe la ville d'Ajaccio. Le débat tourne enfin sur la politique sportive de la CTC.
L'assemblée jouera les prolongations le 26 Mai !

                                                                                                                                     O.C et C.M


Écrire commentaire

Commentaires: 0