Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

Plus de 60 entreprises corses sur le marché international

"Corse International ? C'est la manifestation qui permet à la CTC et à ses partenaires de réaffirmer leurs ambitions de développer le secteur de l'exportation Corse. C'est aussi un temps fort des actions qui confirment son succès" a souligné Jean Zuccarelli, mardi dans les locaux de l'IMF de Borgo à l'heure où la manifestation observait la mi-temps. Le président de l'Agence pour le développement économique de la Corse, qui présidait la manifesfation aux côtés de Jean Dominici, président de la CCI territoriale de Haute-Corse, a profité aussi de l'occasion pour rappeler le plan d'action 2011 de l'Adec.

"Une réforme du dispositif sera arrêté avant l'été. Il s'agira de procéder à une refonte de nos partenariats pour permettre à nos entreprises d'aller plus vite et plus loin encore" a souligné Jean Zucarelli qui, pour la cironstance, était entouré de Arnaud Leretour, directeur d'Ubi France aux USA, de Christian Allemand, directeur régional de Coface,  Guy Chambon, président du comité régional Provence-Corse des conseillers du commerce extérieur, Céline Donsimoni, déléguée régionale d'Oseo.
"L'agroalimentaire, c'est le fer de lance de nos exportations. C'est celui qui obtient les plus beaux succès, les plus belles progressions. Il importe, dès lors, de consolider, de conforter et d'amplifier cette dynamique".
Les marchés visés?

Les Etats-Unis, la Chine, La Suisse.

Le 7 juillet à New-York

C'est Arnaud Leretour qui a fait état des exemples de réussite aux Etats-Unis.

"Il faut y aller pas à pas et rester très humble" a-t-il souligné en citant les vins corses qui constituent 77% des exportations insulaires vers les USA.

"Mais il en est d'autres. Comme la bière Pietra dont le projet de développement est en bonne voie ou bien encore les confitures Antona."
Arnaud Leretour, un amoureux de la Corse qui travaille à son rayonnement aux USA et qui estime que " tous ensemble on peut faire du bon boulot" a, par ailleurs, annoncé que le 7 Juillet prochain l'Ile sera à l'honneur à New-York dans un  hôtel tout proche de l'Empire State Building dont le directeur, François Luiggi, est corse.
Pour celui qui en 2006 a permis au Chœur des hommes de Sartène et à Jacques Culioli de chanter dans le cadre de l'église de Chicago, pas question de s'arrêter en si bon chemin. Des croisères en Novembre et une manifestation autour de Napoléon en Février constitueront autant d'actions qui feront vivre l'image de la Corse Outre-Atlantique.
Plus de 60 entreprises

A l'heure des questions, après que les représentants de la Coface, d'Oseo et des conseillers du commerce extérieur de la France se soient exprimés, chacun pour rappeler les dispositifs d'aide propres à l'export, on a appris que près d'une soixantaine d'entreprises corses s'étaient essayées à cet exercice et que le chiffre d'affaires générés était passé de 2007 à 2010 de 17 à 48 millions d'euros.
Mais la photographie n'est pas encore assez nette pour discerner le véritable impact de l'export.
Il faudra laisser du temps au temps et à l'Adec pour qu'ils nous en restituent les contours avec plus de précision.
Mais il est des entreprises insulaires pour lesquels l'exportation a constitué, cela est sûr, une embellie incontestable !
Et si après les USA elles prenaient le chemin de la Chine ?

Une journée bien remplie

La journée a été marquée par des tables rondes avec échanges et questions-réponses sur les opportunités pour les produits corses sur les marchés suisses, chinois et des Etats-Unis ainsi qu'un tour d'horizon mondial sur les marchés internationaux entre crise et reprise.

Au programme également : des rendez-vous individuels de 30 minutes entre les entreprises corses, les experts marchés et un expert pour l'appui au développement international agroalimentaire d'UBIFRANCE, des représentants de la COFACE, d'OSEO et des Conseillers du Commerce Extérieur de la France.

Écrire commentaire

Commentaires: 0