Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

L'ACA hà lampatu a terza

Gioia aiaccina !
Gioia aiaccina !

AC Aiacciu 1-0 Grenoble Foot 38

Vennari 15 d’Aprili di u 2011-04-15 Stadiu François Coty

Publicu : circa 4300

Tarrenu : Crosciu ;  Tempu : Piuvicosu 

ACA : Debès – Lippini, Maire, Poulard, Begeorgi – Kinkela, André (Lasne 73a), Pierazzi , Cavalli (Viale 67a)

– Rivière, Socrier (Diawara 86a) 

Bancu : Bernardi, Lasne, Diawara, Viale, El Hany 

GF38 : Viviani –Taider, Abardonado, Mendy, Ayari-Juan, Matsui, Mandrighi, Tinhan (Lasimant 80a), Cianci (Dos Reis 86a)– Mainfroi 

Bancu : Maubleu, Paillot, Belaid, Dos Reis, Lasimant 

Ghjudici : M. Freddy Fautrel assistatu da M. Fabrice Meslin & Cyril Gringore

Delegatu : M. Cauchie 

Poussé par un public plutôt chaud, malgré les pluies importantes tombées sur la région ajaccienne en fin d’après-midi, l’ACA a confirmé qu’il était maître à domicile, en s’imposant logiquement face au dernier du championnat. Un but de Yohan Poulard à la 82e minute, à la suite d'un coup-franc de Kinkela, a permis aux "rouge et blanc" d’exulter, et de se placer seuls seconds à 4 points de Sedan, 4e.

Patience, abnégation, réussite ont été les maîtres mots du match des Oursons contre la lanterne rouge Isèroise. Une domination stérile dans l’entrejeu n’aura cependant pas permis aux protégés d’Olivier Pantaloni de se montrer dangereux outre-mesure, pendant la 1ère période. Pourtant présents dans les duels et inventifs, à l’inverse de leurs vis-à-vis, les ajacciens restèrent sur un score nul et vierge au terme des 45 premières minutes. Jody Viviani et Thierry Debès demeurèrent donc sereins jusqu’au bout.

De retour sur le pré, les Grenoblois allaient se montrer un peu plus incisifs, obtenant même quelques corners, ainsi que des coup-francs, parfois généreusement accordés par un Freddy Fautrel plutôt perdu par moments. Mais c’est finalement l’inévitable Yohan Cavalli, de retour de suspension, qui allait donner du mouvement dans l’attaque ajaccienne ; une frappe sans contrôle sur une remise de Rivière faisait frémir Viviani, qui put bientôt remercier son poteau, qui repoussait un coup-franc parfaitement enroulé par le milieu de terrain à l’heure de jeu. Un coup de semonce qui annonçait le début d’une série d’occasion acéistes. Après une tentative de Benji André repoussée par le gardien grenoblois, c’est sur un ballon de Kinkela repris de la tête par Poulard sur lequel Viviani dut s’employer. Mais à jouer trop haut, on s’expose aux contres, et Titi Debès a pu le vérifier lorsqu’il gagna heureusement son duel face à Matsui, parti en duo avec Jean-Jacques Mandrichi (qu’on a connu plus inspiré sur la pelouse de Timizzolu). Un avertissement sans-frais des Isèrois qui rappela de mauvais souvenirs aux partenaires de Fabrice Begeorgi…mais la chance était bien Corse cette fois-ci, et le cuir de franchir la ligne sur cette tête d’Arnaud Maire, aidée par un Yohan Poulard désireux de faire oublier son erreur de lundi dernier. Les oursons se contentèrent de gérer tranquillement cette petite avance.

La barre des 50 points atteinte, on peut dire que l’ACA a passé un cap dans le sprint final. Espérons que le déplacement périlleux qui attend Olivier Pantaloni chez le 3e ne soit pas un frein à la série de 4 matchs sans défaite. Pianamenti è bè... 

Olivier C.

Écrire commentaire

Commentaires: 0