Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

Jumelles disparues : Toujours la piste de la Corse

La photo des jumelles fournie par la police suisse
La photo des jumelles fournie par la police suisse
La police n'a toujours aucune trace d'Alessia et Livia, les jumelles de Saint-Sulpice disparues depuis deux mois. L'enquête se poursuit. Les policiers privilégient la piste corse et se focalisent également sur la nuit passée à Montélimar par le père des jumelles.

"Il faut être honnête, il n'y a pas d'éléments nouveaux à ce stade de l'enquête", a annoncé mercredi Jean-Christophe Sauterel porte-parole de la police cantonale vaudoise. Il s'exprimait à l'issue de la deuxième réunion rassemblant une vingtaine d'enquêteurs suisses, français et italiens à Lausanne.

"La présence des jumelles n'est toujours attestée qu'à Saint-Sulpice. Ensuite, il y a des témoignages, mais aucune certitude", a rappelé Jean-Christophe Sauterel. Les enquêteurs ont détaillé le parcours du père des jumelles grâce à des témoignages et à des éléments techniques, des vidéos notamment.

"La piste corse reste privilégiée, car le père a acheté trois billets à Marseille pour se rendre en Corse et parce qu'il n'a acheté qu'un billet ensuite pour le retour. En outre, seuls quatre enfants de cette tranche d'âge se trouvaient sur le bateau, ce qui crédibilise les témoignages", a-t-il expliqué.

De son côté, la police française enquête sur les zones d'ombre subsistant sur la nuit du 30 au 31 janvier. Le père a quitté l'autoroute à Montélimar Nord à 20h55 dimanche soir pour la reprendre au même endroit à 8h44 le lendemain. Les forces de l'ordre ont effectué de très nombreuses recherches dans les hôtels de la région, sans succès pour l'instant. Mais toutes les autres hypothèses sont également examinées par les policiers des trois pays concernés.

"L'enquête sera poursuivie tant qu'il y aura des pistes", a souligné Jean-Christophe Sauterel. Les recherches effectuées sur les comptes du père sur internet et sur ses contacts e-mails et téléphoniques n'ont pas mis en évidence d'éléments utiles. Les recherches sur la puce GPS n'ont pas, non plus, permis de récupérer de données exploitables pour l'heure. Les analyses du fournisseur en Corée ne sont pas encore connues. Enfin les recherches ADN sur le stylo de la compagnie "La Méridionale" découvert sur le ballast à Cerignola n'ont toujours rien donné.

"Tous les enquêteurs, parmi lesquels je m'inclus, mesurent la peine de la famille", a déclaré Jacques Antenen, commandant de la police cantonale vaudoise. "Les proches ont émis certaines critiques à notre égard, mais nous avons le sentiment du devoir accompli. Nous avons exploité tous les éléments possibles et nous continuerons", a-t-il ajouté.

Écrire commentaire

Commentaires: 0