Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

Elections cantonales : et maintenant ?

 

 

 

- Quels enseignements tirer des cantonales 2011 au terme du deuxième tour ?

- Jean-Jacques Panunzi retrouvera t-il son fauteuil de président jeudi ?

Elles ne se présentaient pas sous les meilleurs auspices,  mais les cantonales 2011 n'auront pas dérogé à la règle des surprises électorales. Et malgré qu'elles soient par nature des élections de proximité, elles ont pris une dimension plus large, en dessinant des enjeux essentiels, aux conséquences certaines pour l'avenir. Entre secousses et immobilités, les plaques tectoniques ont effectivement glissé.   

 

 

Sèisme à Porto Vecchio

C'est un séisme politique qui secoue la Corse. C'est la première fois qu'un nationaliste bat un ténor de la politique corse. L'héritier du clan Rocca Sera, l'ami de Nicolas Sarkozy, le député de Corse-du-Sud, l'ancien maire de Porto-Vecchio, "Camillou" est battu par Jean-Christophe Angellini. Le large soutien dont l'autonomiste a bénéficié de la part de courants politiques divers : Corsica Libera, Front de Gauche et 3 élus très en vue de la majorité territoriale Jean-Charles Orsucci, le maire de Bonifacio, Emmanuelle de Gentile et Jean-Louis Luciani, a certainement pesé lourd sur le résultat final. L'expérimentation de la stratégie d'ouverture des autonomistes, qui avait avorté lors des dernières territoriales, préfigurera certainement une donne politique jusque là inédite.

 

Frémissement à Ajaccio

Tout s'est jouer au 2ème tour où sur les 4 cantons renouvelables, Pierre Cau est le seul sortant à être réélu.  Pour la majorité départementale, c'est un désaveu pour Jacques Billard, Pierre Santoni et Philippe Cortey, tout trois vice-présidents du CG2A et piliers du camp libéral ajaccien. Cependant deux d'entre-eux ont été évincés par des candidats du même bord politique. Seul le divers gauche François Casasoprana ravit donc un siège à la majorité.

A noter également, une autre défaite pour la droite : l'élection au premier tour de Mme Claude Degott-Serafino candidate de Gauche, soutenue par le Maire de Bonifacio J.-C Orsucci, qui sera seulement la deuxième femme à l'assemblée départementale de Corse du Sud.

 

Rien ne bouge en Haute-Corse

Tous les sortants ont été réélus sauf un : François Tiberi a perdu son siège au profit du conseiller sortant Pierre Siméon de Buochberg (DvD). Mais ce point concédé est compensé par la victoire du premier tour Jean-Marie Vecchioni aux dépendsdu sortant de droite François Pancrazi. La majorité départementale est totalement confortée avec certainement 22 élus sur 30. La réélection de Joseph Castelli, déjà élu il y a 4 mois à peine, suite à la démission forcée de Paul Giacobbi, semble déjà acquise, à moins que les vélléités qui avaient précédé le départ de Giacobbi à l'exécutif régional ne refassent, soudain, surface…

Autre fait marquant : le score flatteur de J.-B. Arena dans le canton de la Conca d'Oru. Le jeune viticulteur sans étiquette, soutenu par les nationalistes, ne réalise que 109 voix de moins que le sortant Claudy Olmetta maire de Saint-Florent.

 

Constance de l'électeur

Une fois de plus la Corse a battu le record de participation à une élection locale. Et les observateurs de se féliciter d'un civisme remarquable. Cependant ces chiffres doivent être relativisés car la Corse, à l'inverse, vote très peu lors d'élections nationales et européennes. Ce sont plutôt les enjeux locaux, susceptibles de prodiguer quelques avantages, qui mobilisent principalement les électeurs, que la conscience aigue d'une fibre citoyenne et démocratique.

 

Un troisième tour ouvert en Corse-du-Sud 

Arrive maintenant, après la double échéance  la consultation, le fameux troisième  tour : les différents élus des assemblées départementales vont procéder, jeudi, à l'élection de leur président. Elle se déroule à la majorité absolue des membres de l'Assemblée dans un scrutin à deux tours. Si cette élection n’est pas acquise après les deux premiers tours, il est procédé à un troisième tour de scrutin, où la majorité relative suffit. La particularité de ce fonctionnement, démocratiquement pensé, est qu'il donne parfois lieu à des alliances contrenature dans lesquels l'appartenance d'origine au parti peut disparaître échappant, ainsi, à la logique démocratique.

En Corse du Sud, la majorité de droite s'est resserrée en perdant 4 sièges sur les 15 qu'elle possédait. Les forces en présence sont donc les suivantes : sur  22 conseillers généraux, la droite en possède 11, la gauche 8, les nationalistes 2 et un conseiller nouvellement élu, Stéphane Vanucci, se déclare neutre. Il s'était effectivement présenter sans étiquette dans le canton d'Ajaccio IV.

Ainsi, le président Panunzi pourrait être en danger dans le cas de figure suivant : Jean Christophe Angelini pourrait renvoyer l'ascenseur à ces soutiens de campagne, notamment Jean-Louis Luciani, entraînant avec lui Paul -o Caitucoli, dans une alliance avec la gauche. Dès lors, le choix de  Stéphane Vanucci pourrait s'avérer décisif. Il se retrouve donc en position avantageuse pour faire monter les enchères.

Même dans ce scénario, qui reste une hypothèse parmi d'autres, l'assemblée se retrouverait dans une égalité parfaite 11 voix contre 11. La loi prévoit dans ce cas de figure, que la présidence soit acquise au bénéfice de l'âge.

Même si le plus probable reste la réélection de Jean-Jacques Panunzi, tout reste possible. La Corse a, déjà, connu une situation similaire en 1988. C'était en Haute-Corse et à l'époque Paul Giacobbi, que l'on disait minoritaire, arrivait à la tête du département au détriment de Paul Natali !

Faites vos jeux !

Écrire commentaire

Commentaires: 0